Esprit Sweet
Music

28 octobre 2013

Reflektor, d’Arcade Fire

Les albums d’Arcade Fire sont comme des grands vins blancs liquoreux de Bordeaux. À l’extérieur, cela ressemble à un album de musique, mais à l’intérieur de la bouteille, l’auditeur ne sait jamais à quoi s’attendre, si ce n’est un assemblage complexe de sensations sonores et intellectuelles.
Avec Reflektor, attendu comme le messie par des hordes de fans, l’extase de l’écoute efface l’inquiétude fébrile de l’attente. Le millésime 2 013 est décidément une très grande année musicale.

Dans ce quatrième opus, les Canadiens livrent un double album vertigineux, où pour la première fois Arcade Fire s’adresse autant aux mouvements du corps qu’à l’errance de l’esprit. Pop baroque, rythmes électro et afro-caribéens, tonalité disco sur une première face dansante, suivie d’une deuxième partie plus introspective, Arcade Fire propose 85 minutes intenses, pendant lesquelles les voix de Régine Chassagne et de Win Butler s’entremêlent et se répondent dans un dialogue puissant.

Reflektor est-il un grand album, un très grand album ? Une telle question promet des heures et des heures de discussion autour d’un verre de Sweet Bordeaux !