Des hommes et des femmes

15 décembre 2015

Château Majoureau : culture de la vigne et culture générale

Mathieu Delong est vigneron au Château Majoureau et féru d’histoire. Si ses 38 hectares de vigne l’occupent à plein-temps, ses loisirs sont également dédiés à la culture. La culture de l’esprit cette fois. Sa passion pour la vigne et celle de l’histoire peuvent d’ailleurs se nourrir mutuellement.

Le « grand homme » de Mathieu Delong

Si aujourd’hui Mathieu Delong est gérant du Château Majoureau, enfant, il rêvait d’être historien ou archéologue. C’est son grand-père, résistant, qui lui a donné le goût de l’histoire : « tous les dimanches, il nous racontait ses aventures, notamment en Angleterre pendant la Seconde guerre mondiale ». Pour lui rendre hommage, Mathieu Delong dit de lui qu’il était « son grand homme ». Son aïeul a d’ailleurs contribué à la naissance de sa deuxième passion, celle de la vigne : « j’associe mon vin à mon grand-père. Ces vins blancs doux de Bordeaux, on les a découverts en écoutant mon grand-père en parler pendant les dégustations ». Aujourd’hui, Mathieu Delong cultive sa passion pour l’histoire comme sa vigne : c’est un exercice quotidien. Dès qu’il en a l’occasion, il écoute les émissions historiques à la radio, et télécharge celles qu’il a ratées. Le vigneron dévore aussi les livres d’histoire : « j’essaie de suivre un maximum de choses. Cela peut aller de l’histoire de France jusqu’à de la géopolitique pure, en passant par l’abolition de l’esclavage et l’histoire de Saint-Macaire depuis l’Antiquité ».

Château Majoureau, une passion qui se partage

Historien ou viticulteur, Mathieu Delong a finalement choisi la vigne comme voie professionnelle. Les études d’histoire étaient trop longues à son goût et il ne voulait pas se couper de la nature. Sa culture historique influence cependant sa conception du métier de vigneron : « cela me permet de ne pas gâcher le travail des anciens, de réfléchir à ce qu’ils faisaient pour ne pas faire d’erreurs ». Mathieu Delong dit aussi avoir pris conscience de l’importance de chaque vigneron : « ce n’est pas parce qu’on n’est pas un grand cru, qu’on n’a pas une histoire ». Sa famille est elle-même dans la viticulture depuis 1870. Très attaché à son appellation, Mathieu Delong aime partager sa passion avec les clients qui viennent à la propriété : « je raconte l’histoire des vignes autour de chez nous, mais aussi de l’appellation Côtes de Bordeaux Saint-Macaire et du village en lui-même. L’histoire locale est notamment importante pour comprendre la disposition des vignes ou le développement de Saint-Macaire au Moyen-Âge ». Des histoires passionnantes que vous entendrez en vous rendant au Château Majoureau, pour des visites et des dégustations.