Des hommes et des femmes

Laure Compeyrot Château Sigalas Rabaud
Laure Compeyrot Château Sigalas Rabaud

20 avril 2016

Laure Compeyrot : « J’ai été rattrapée par la main de mon grand-père »

Le Château Sigalas Rabaud, au cœur du Sauternais, est dirigé par Laure Compeyrot. Elle est la 1re femme à la tête de cette exploitation viticole et la 6e génération d’une histoire familiale commencée en 1863. Marquée par la notion de transmission, Laure Compeyrot vit son métier comme une passion, qui trouve ses racines dans une enfance au milieu des vignes.

Un Sauternes avec le poulet rôti du dimanche

Au Château Sigalas Rabaud, ce sont trois générations qui vont vivre le château. Il y a le père de Laure Compeyrot, « qui adore faire des visites, il est très tourné vers l’histoire », Laure Compeyrot, qui gère le domaine, et ses enfants, Jean, « très attaché à la propriété » et Matthieu, qui travaille dans la commercialisation du vin. Très investie dans son métier, Laure Compeyrot fait remonter sa passion à la 3e génération, celle de ses grands-parents. Ce sont eux qui lui ont transmis le goût de ces vins blancs très aromatiques.

« Quand j’étais petite, chez mes grands-parents, on avait tous les dimanches midi un poulet rôti accompagné de Sigalas Rabaud. J’ai des souvenirs très précis, ça fait partie de mon histoire ».

En parallèle, la petite fille découvre le travail de la vigne. Si l’un de ses grands-pères est à Sauternes, l’autre exploite une propriété en rouge, sur la rive droite de Bordeaux.

« Quand j’étais petite, je partais avec lui, la main dans la main, c’était un grand monsieur. On se promenait dans les vignes et il racontait. On regardait les bourgeons qui poussaient, les feuilles qui sortaient, moi j’adorais être là ».

Retrouver le plaisir des Sauternes

Si ses souvenirs d’enfance restent vifs, Laure Compeyrot débute sa vie professionnelle loin de la propriété. Elle décide d’y revenir il y a une quinzaine d’années, pour prendre la suite de son père. Pour cela, elle doit complètement apprendre le métier de viticultrice.

« J’ai décidé de me former avec 4 ans d’études. Et là j’ai redécouvert le plaisir de la vigne. C’est ça que j’aime profondément. On a la chance d’avoir à Sigalas Rabaud un grand terroir. Travailler la terre est extrêmement gratifiant ».

Depuis son enfance, Laure Compeyrot est particulièrement attachée au temps des vendanges. Si cette période peut être un moment de stress, Laure Compeyrot y voit des instants de bonheur. C’est le travail d’un an, voire de plus, qui arrive à maturité.

« Les vendanges sont un moment que j’adore plus que tout. Goûter les raisins, voir à quel moment le botrytis est bon, prendre la décision de ramasser, c’est un plaisir immense ».

À côté du travail de la vigne, Laure Compeyrot a aussi développé un goût prononcé pour le travail d’assemblage. À Sigalas Rabaud, deux Sauternes sont élaborés, Château Sigalas Rabaud, Premier Cru Classé et le Lieutenant de Sigalas.

« Ce qui est magique avec l’assemblage, c’est que 1+1=3. On n’a pas tous la même sensibilité alors c’est un moment de communication intense. Quand on se dit, ‘ça y est, on a trouvé’, on l’a fait ensemble ».

Travailler en équipe, transmettre d’une génération à l’autre : élaborer des Sauternes est pour Laure Compeyrot est une histoire de femmes et d’hommes qui s’étire dans le temps. Comme elle le dit joliment : « J’ai été rattrapée par la main de mon grand-père ».