Des hommes et des femmes

Sweet Bordeaux
Sweet Bordeaux

23 août 2013

Le fabuleux marché des Sweet Bordeaux reste à conquérir

Laurent est négociant spécialisé dans la commercialisation des vins de Bordeaux sur le territoire français, pour la Maison Sichel. Depuis 20 ans, il est l’intermédiaire entre les producteurs et les consommateurs de Sweet Bordeaux.

« Quand je propose des Sweet Bordeaux à la dégustation on me dit souvent la même chose : ils ont bons, ils s’accordent à merveille avec beaucoup de plats, nous devrions en boire plus souvent… Mais ce n’est pas pour autant que le marché évolue… », confie Laurent Warin. il estime que le subtil marché des Sweet Bordeaux reste encore à conquérir.

Comprendre les modes

Laurent Warin est un fin analyste des tendances en matière de consommation de vins en France. « Les modes se lancent puis s’éteignent, il est difficile de comprendre comment un engouement pour un vin se créer », explique-t-il. Il scrute les tendances. Il ausculte le marché à la loupe. Il tente de prédire quels vins feront la mode de demain. Une fois que le négociant a saisi la teneur du marché, il tente d’influencer ses clients. C’est ainsi qu’il propose ses vins de Bordeaux aux grandes surfaces et aux cavistes et restaurateurs. « En général les cavistes et restaurateurs sont des précurseurs, ce sont eux qui créent les modes, estime-t-il, une fois qu’une pratique est entrée dans les mœurs, la grande distribution suit le mouvement…».

Sweet Bordeaux

Dégustations en grandes surfaces

Le marché des Sweet Bordeaux est complexe et subtil. « Les connaisseurs sont adeptes des grands crus de vins blancs moelleux et liquoreux, les Sauternes par exemple, ce sont des vins de garde qu’ils ont dans leur cave, ils les consomment à Noël », indique Laurent Warin. Mais les Sweet Bordeaux doivent maintenant entrer dans un monde plus accessible. « Pour que le grand public accède aux Sweet Bordeaux, nous organisons des dégustations dans les grandes surfaces, en général les clients accueillent très bien les Sweet Bordeaux et achètent une bouteille ! », assure-t-il.

Les Sweet Bordeaux, pas seulement à Noël !

Après Noël, l’idée du négociant est de créer un deuxième événement annuel pour boire les Sweet Bordeaux. « Pourquoi pas Pâques ?! », lance Laurent Warin. « Je crois que les modes se créent quand un vin est bu au bon moment par les bonnes personnes », estime-t-il. Les Sweet Bordeaux sont éclatants accompagnés de mets originaux et modernes. « Nous devons faire savoir aux consommateurs les plus jeunes, que les Sweet Bordeaux sont les plus savoureux accompagnés de mets comme les tapas, les saveurs exotiques… », précise-t-il.
L’avenir des Sweet Bordeaux est d’autant plus assuré que ses revendeurs plaident leur cause !

Sweet Bordeaux