Des hommes et des femmes

12 juin 2015

Le vigneron Olivier Fargues, pêcheur dans l’âme

Olivier Fargues, co-gérant du Château La Bouade, est passionné de nature. Le vigneron partage son temps entre ses vingt hectares de vignes en appellations Sauternes et Barsac et la pêche, deux passions à plein-temps.

La pêche, une passion familiale

Son goût pour la pêche ? « C’est familial ». Olivier Fargues la tient de son grand-père et de son oncle qui est notamment Président de la Fédération de Pêche de Gironde . « J’ai toujours pêché en fait », nous confie-t-il. Cette activité, il la pratique seul ou avec ses enfants. « Avec les petits, on passe plus de temps à défaire les nœuds », sourit le vigneron. En revanche, quand il est seul, il est plus au calme. Quoique, Olivier Fargues aime pêcher en mer : « C’est assez mouvant, on ne reste pas à attendre le poisson ». Ce qu’il aime aussi, c’est l’action : « Je pêche en barque et il se passe toujours quelque chose quand je lance mon leurre ».

Contempler la nature

La pêche et la viticulture ont en commun « la proximité avec la nature », explique Olivier Fargues. « Sur mon tracteur, j’arrête parfois le moteur juste pour regarder un insecte, un animal » nous confie-t-il. Lui, qui a grandi en Gironde, passait tous ses étés dans les Landes. « À part le canard il n’y avait pas grand-chose pour s’occuper quand j’étais enfant, alors j’admirais les plantes qui poussaient ». Depuis, Olivier Fargues n’a pas arrêté de contempler la vitalité de la nature, en particulier celle de ses vignes. S’il devait associer un poisson à l’un de ses vins, ce serait sans hésitation le black-bass. Pourquoi ? « C’est un poisson vif qui a de la rondeur, comme mes vins ».

Une passion de tout instant

Olivier Fargues se rend à la pêche quand son travail le permet : « À la débauche, quand j’ai préparé mon sac et ma canne dans la voiture, c’est très rapide. Je pêche ensuite une heure ou deux et je rentre ». Mais Olivier Fargues préfère pêcher l’été : « Car les journées sont plus longues ». D’ailleurs quand il part en vacances, il s’arrange tout le temps pour qu’il y ait « Un lac à proximité », s’amuse-t-il. Pour lui, pêcher c’est avant tout se déconnecter. « Il y a deux ans, mon fils m’a dit « on n’a rien attrapé mais on a passé un bon moment », c’est ça qui est important », nous raconte-t-il fièrement. Cependant, il ne ramène jamais de poisson. Il le relâche car ce qui l’amuse : « C’est de l’avoir leurré ».
Cette passion de la pêche, Olivier Fargues la partage aussi avec les visiteurs du Château La Bouade. Si vous venez déguster un verre de Sweet Bordeaux, il vous expliquera tous les secrets de la pêche sur la rivière Ciron.