Des hommes et des femmes

18 novembre 2015

Pierre-Antoine Bon photographie ses vignes

Pierre-Antoine Bon est le vigneron du Château Voigny et produit du Sauternes sur ses 26 hectares de vignes. Associé dans l’exploitation familiale, il travaille avec son oncle et sa cousine. Son autre passion ? La photographie, celle de la nature et de ses vignes bien sûr.

La photo et le vin : deux écoles de patience

Pierre-Antoine Bon, viticulteur au Château Voigny a choisi d’exercer la photographie, comme loisir. C’était il y a cinq ans, après qu’un ami l’a emmené dans un club photo. Pour le vigneron, ses deux passions ont un point commun : la patience. « Quand on fait de la photo, tout prend du temps. Quand on fait du vin et qu’on veut de la qualité, c’est pareil », explique-t-il. Ce qu’il aime, c’est la préparation et l’excitation du résultat, « j’aime la mise en place de l’appareil et le choix du bon cadrage. Je ne suis pas pressé », nous confie-t-il. Tout comme pour vin blanc doux de Bordeaux, où le savoir-faire de la vigne au chai s’acquiert avec l’expérience et le temps.

Une passion en Noir & Blanc photographiée par un argentique

Pierre-Antoine Bon a choisi l’appareil argentique pour prendre ses clichés, parce qu’il voulait pouvoir les développer lui-même. Il a également choisi de ne faire que du noir et blanc, « pour une question de simplicité au niveau du matériel, mais aussi pour la beauté des rendus ». Quand on lui demande la saison qu’il préfère photographier, il nous répond « l’automne, car il y a des nuances de couleurs magnifiques » Amusant lorsqu’on prend des clichés en noir et blanc ? « Justement, c’est là toute la finesse de la photo, malgré le manque de couleur, on imagine la saison grâce aux nuances de gris ». D’ailleurs que prend-il en photo ? « La première année je sortais de la maison, je prenais mes vignes en photo et je voyais l’évolution d’une grappe à plusieurs stades ». Le Château Voigny est sur un territoire propice aux belles photos, « ça m’est déjà arrivé d’être sur mon tracteur et de me dire que j’aurais dû prendre mon appareil ». S’il devait retenir une photo, il choisirait sans hésitation « une belle grappe de raisin botrytisé ». Un émerveillement pour les yeux et la promesse de superbes vins blancs doux de Bordeaux à venir.